Quelles sont les questions souvent posées en entretien ?



Inscrivez-vous ou connectez-vous pour voir le micro-cours
9:39

Résumé du micro-cours


Lionel Bellenger, fondateur de la société Ibel et enseignant à l’école HEC, vous explique comment répondre aux questions les plus délicates et régulièrement posées lors d’un entretien de recrutement.

Si une question revient bien souvent au démarrage d’un entretien d’embauche, c’est : Parlez-moi de vous ? Cela peut faire peur car on ne sait pas comment forcément répondre, ni par où commencer. Le conseil que donne notre expert dans ce micro-cours est de structurer une réponse en trois grands domaines : d’abord sa vie professionnelle, puis votre vie personnelle, enfin ce qui vous attire et votre vie familiale (là-dessus il s’agit de donner quelques éléments en étant le plus sincère possible).

Une autre question peut également apparaître assez tôt dans l’entretien : Quelles sont vos ambitions ? Avec celle-ci, le recruteur cherche peut-être à vous projeter dans l’avenir. A vous de ne pas aller trop loin ni d’être irréaliste, mais au contraire de formuler une réponse rassurante en mettant en avant deux points : répondre aux objectifs du poste proposé et l’idée de progresser, d’évoluer à la fois dans votre fonction, les activités, le poste et l’entreprise.

Est-ce que vous êtes surqualifié ? Ici, l’interlocuteur laisse entendre que votre champ de compétences est trop grand pour le travail qu’il vous propose. Vous devez lui répondre que cette surqualification est pour vous un atout, qu’il vaut mieux avoir trop d’expérience et revenir sur le fait que c’est la société et son activité qui vous intéressent.

Si la personne en face de vous vous demande « Pourquoi avez-vous quitté votre emploi précédant », il convient d’être clair et de ne pas mentir sur la raison que ce soit un licenciement économique, un départ volontaire… L’aspect sincérité montre que vous ne ressentez pas de culpabilité à aborder ce sujet et devrait impacter positivement le recruteur.

Dans le cas d’une longue période d’inactivité, là aussi, il ne sert à rien de mentir ! Soyez franc et mettez l’accent sur le fait que vos recherches ont toujours été actives, que vous avez réalisé des formations, pris du recul et le temps de la réflexion… et que tout cela vous permettra de redémarrer dans les meilleures conditions.

On ne manquera pas de vous interroger sur vos qualités et vos défauts. Faites des réponses précises. Vos qualités vous les connaissez ! (très organisé, une bonne conscience professionnelle…). Pour les défauts, c’est la même chose. Formulez une phrase du type : J’ai des progrès à faire, par exemple, dans ma manière de me comporter en groupe, en réunion, à prendre la parole…, mais j’y travaille.

Quand le recruteur aborde la question de la conciliation entre la vie professionnelle et personnelle, il ne pense pas forcément qu’aux femmes. Si vous êtes clair avec votre organisation personnelle, il est important que vous fixiez les règles du jeu. Cela lui prouvera que vous avez réfléchi au sujet.

Combien de temps allez-vous rester dans l’entreprise ? Certains patrons ont peur de recruter une personne qui partirait trop vite. Encore une fois, faites preuve de sincérité. Dites-lui que vous souhaitez vous inscrire dans un cycle de 2 ou 3 ans, que vous ferez un bilan à ce moment-là, et que s’il y a une progression, les chances de poursuivre seront, selon vous, très bonnes.

Vers la fin de l’entretien, il y a fort à parier que l’on vous demande si vous n’aviez pas répondu à notre offre, quelles autres opportunités auraient été susceptibles de vous intéresser ? Répondez que c’est l’emploi proposé qui vous interpelle et pas un autre. Enfin, toujours dans les derniers moments, un recruteur peut vous interroger sur vos réactions face à la critique. Ne culpabilisez pas et dites-lui que vous les entendez, que vous êtes capable de les analyser et de poser des questions pour être constructif.

Questions, commentaires ou remerciements


Anonyme
12 décembre 2017, 01h46
Vous devez être connecté pour poster un nouveau commentaire.
Sophie R.
12 octobre 2017, 16h55
CQFD - merci
Répondre
yannick E.
23 février 2017, 10h37
trés bons conseils , merci.
Répondre
Emmanuel L.
2 janvier 2017, 10h30
Merci
Répondre
Nadine L.
25 octobre 2016, 11h02
Des rappels plus que nécessaires. Merci pour votre intervention, agrémentée d'exemples.
Répondre
martial A.
28 avril 2016, 10h20
Merci pour ces sages conseils; mais pas toujours faciles à appliquer sur (le terrain)...
Répondre
ludovic C.
2 novembre 2015, 15h36
très bons conseils, un petit regrets sur une réponse au recruteur, si cas d'un "licenciement pour faute", justifié ou non, difficile d'être constructif et de trouver une "bonne" réponse à ce cas.
Répondre
Rose C.
15 octobre 2015, 15h36
Conseils très concrets ! Merci
Répondre