Négociez un départ amiable de votre entreprise



Inscrivez-vous ou connectez-vous pour voir le micro-cours
8:07

Résumé du micro-cours


Dans ce micro-cours, Thierry Krief, président de NegoAndCo et spécialiste de la négociation de départs et d’embauches de cadres supérieurs et dirigeants, vous explique comment négocier un départ amiable avec votre employeur.

Aujourd’hui, on vit une situation où les entreprises ont besoin de se réorganiser pour faire face à la concurrence. Elles ont donc souvent besoin d’ajuster le facteur humain. Malheureusement, on ne peut pas passer son temps à réaliser des recours contentieux pour régler ce type de problèmes… Il est donc nécessaire de régler ces dossiers de manière amiable.

La première règle de base d’une négociation amiable, c’est de bien comprendre qu’une négociation, ce sont trois étapes : 1) Un jeu d’influence qui consiste à amener votre interlocuteur à avoir envie de discuter et de négocier avec vous, 2) La négociation à proprement parler (ici on va évoquer des éléments financiers, d’accompagnement, bref, on va rentrer dans le « dur »), 3) Il s’agit tout simplement du verrouillage juridique, autrement dit, on va s’assurer que l’écrit de la négociation correspond bien à ce qui a été négocié et discuté. Il ne faut pas confondre ces trois étapes. La principale restant le jeu d’influence puisque c’est par son intermédiaire qu’on va amener l’entreprise à avoir intérêt à négocier et à valoriser au mieux la négociation.

La 2e règle de base pour votre négociation, c’est avoir une main de fer dans un gant de velours. Cela signifie qu’il ne faut pas passer ni par des menaces, ni par des agressions. La négociation est un jeu. Il faut respecter votre interlocuteur. Si jamais on vous agresse, essayez d’éviter la personne auteure de cette agression. Votre interlocuteur, qu’il soit DRH, responsable hiérarchique… défend les intérêts de l’entreprise et c’est normal. Il faut comprendre ce jeu. A partir du moment où c’est le cas, vous pourrez entrer dans un processus de dialogue et de discussion. D’ailleurs, le terme de « négociation » en français est marqué par un certain nombre de connotations négatives. Parlez de discussion, demandez à votre interlocuteur si vous pouvez discuter avec lui. Vous verrez que plus vous allez le respecter, plus il va vous écouter. Il ne faut pas oublier que, comme vous, il cherche une solution amiable pour passer à la suite.

La 3e règle à respecter : si jamais vous êtes amené à menacer, n’oubliez pas que la menace est toujours plus forte que l’exécution. Ainsi, si dans certaines négociations tendues vous êtes amené à dire « voilà, si tu ne me donnes pas cela, je fais ça », ne le faites jamais. La négociation n’est pas une mise à exécution d’une menace. Au contraire, il vaut mieux dire : « Voici mes leviers, j’aimerais bien quand même que l’on trouve une solution pour sortir de ma situation ». Et attention : si vous mettez une menace à exécution, il n’y aura jamais de négociation amiable.

4e élément important : Ayez une stratégie. La négociation, ce n’est pas « Toc, toc, toc, est-ce qu’on peut discuter de mes conditions de départ amiables ? ». Non. La négociation, c’est comment je vais amener l’entreprise à avoir intérêt à discuter avec moi. Que votre départ soit subi (l’entreprise vous amène au départ) ou volontaire, adoptez une stratégie : Comment allez-vous faire ?, Pourquoi l’entreprise serait-elle susceptible de vous dire oui ?...

Notez également qu’il faut toujours négocier en direct. Négocier en direct, cela signifie quoi ? Aux yeux de Thierry Krief, la négociation intermédiaire (c’est-à-dire une personne qui négocie à votre place) ne peut pas être aussi efficace qu’une négociation en direct. Vous avez travaillé avec des personnes, il y a eu des relations humaines, des sentiments, des projets amenant au succès… Avec ces éléments là, vous avez la capacité de réaliser une bonne négociation.

Après, il y a un dernier point qui est fondamental. Il s’agit de la question : combien vais-je demander ? Une demande en négociation doit avoir une caractéristique : elle doit être économiquement légitime. Je ne vais pas dire je veux 6 mois, un an, deux ans, trois ans de salaire comme cela. Je ne vais pas sortir un chiffre précis. Si vous en sortez un, dans la plupart des cas, vous vous dirigerez vers la rupture du dialogue. Economiquement légitime, cela veut dire que votre demande doit être justifiée. Pourquoi vous demandez 6 mois ? Deux ans ? Quatre ans ?... Si vous avez 55 ans et que vous demandez 2, 3, 4 ans de salaires en indemnisations, cela a du sens. Si votre âge est compris entre 25 et 30 ans, et que vous êtes fortement diplômé d’une grande école avec une forte capacité de rebond, cela n’a pas de sens. Soyez économiquement légitime.

Voilà pour cette partie concernant les quelques règles de base nécessaires pour une négociation amiable. Dans ce micro-cours, Thierry Krief revient également sur les erreurs à éviter :

- Ne faites jamais de la négociation une question de principe ou d’homme. Encore une fois, il s’agit d’un jeu. L’interlocuteur en face de vous cherche à défendre les intérêts de l’entreprise, ce qui est normal.

- Respectez vos interlocuteurs. Soyez donc poli et courtois. La négociation est un combat qui se joue avec des mots et les mots doivent êtres respectueux. Vous êtes amené à menacer parce que votre interlocuteur a du mal à vous écouter ? Finissez toujours une menace par une main tendue : « Si tu ne me donnes pas ça, je fais ça, mais bien sûr, je préférerais l’éviter ».

- Enfin, respectez les échelons hiérarchiques. La seule personne qui puisse vous donner satisfaction, c’est votre N+1. Ne pensez pas qu’en allant voir votre N+2, vous allez obtenir gain de cause.

Thierry Krief termine ce micro-cours par un dernier conseil : Ne soyez pas pressé ! La négociation est un élément où le temps est important. Parfois, il s’agit d’aller vite, d’accélérer le processus. Parfois, il s’agit de le ralentir. Dans tous les cas, faites attention à trop d’empressement.

Questions, commentaires ou remerciements


Anonyme
21 novembre 2017, 22h12
Vous devez être connecté pour poster un nouveau commentaire.