Intérim : mode d’emploi !



Inscrivez-vous ou connectez-vous pour voir le micro-cours
8:00

Résumé du micro-cours


Laurence Pottier-Caudron est la présidente-fondatrice de Temporis, 1er réseau d’intérim et de recrutement en franchise en France. Vous connaissez très certainement Manpower, Adecco, Randstad… Ce sont des réseaux succursalistes. D’un autre côté, il existe aussi des indépendants isolés. En créant Temporis, Laurence Pottier-Caudron a souhaité réunir les deux, c’est-à-dire la force d’un réseau et l’implication de patrons indépendants. Aujourd’hui Temporis regroupe 110 agences à la tête desquelles il y a systématiquement un patron en franchise. Ce sont surtout 6000 intérimaires délégués chaque jour. Laurence Pottier-Caudron est ainsi très bien placée pour vous expliquer dans ce micro-cours l’intérêt de passer par l’intérim pour trouver son 1er travail ou pour renouer avec l’emploi à un moment donné de sa vie.

Pour cette spécialiste, l’intérim représentait 509 000 équivalents temps plein en 2013, donc un certain nombre de postes à pourvoir. C’est également 2,9 % de l’emploi salarié. Cela signifie qu’il constitue une réelle opportunité d’accéder à un emploi.

Depuis sa création dans les années 1950, l’intérim est devenu un vrai outil de flexibilité pour les entreprises et pour les candidats. Au départ, on passait par l’intérim pour remplacer par exemple les secrétaires pendant leurs congés. Puis les choses ont évolué : le facteur d’accroissement temporaire d’activités a vu le jour, des entreprises se sont mises à recruter en intégrant d’abord des intérimaires dans l’éventualité de les recruter plus durablement par la suite. Dans les années 1990, un phénomène est aussi apparu : le recrutement d’intérimaires en attendant une situation économique plus favorable (on le retrouve d’ailleurs aujourd’hui). Dans les années 2000, l’intérim est devenu un réel outil de flexibilité pour les entreprises et les candidats. Pour les sociétés, il permet de s’adapter et de faire du « juste à temps », de recruter une qualification inhabituelle…, bref de s’adapter au marché du travail à un instant précis. Il en est de même pour les intérimaires. Cet outil de flexibilité leur permet de renouer à un moment de leurs carrières avec le monde de l’emploi. Imaginons une maman qui vient d’avoir des enfants ou un retraité à la recherche d’un complément de salaire…

Au fil des années, on s’aperçoit ainsi que ce marché a considérablement évolué. La bonne nouvelle est que 88 % des intérimaires sont satisfaits de leurs situations et ont une bonne image de l’intérim. 95 % recommanderaient même l’intérim a un de ses proches. 84 % estiment qu’il s’agit d’une bonne méthode pour trouver un travail et 92 % que c’est un moyen efficace pour acquérir de l’expérience professionnelle. Selon notre experte, si on compare aujourd’hui l’intérim et le CDD, le principal avantage du premier réside dans le fait d’une priorité de reclassement pour le candidat lorsque sa mission est réussie. Autrement dit, lorsque tout se passe bien, l’agence d’intérim mettra tout en œuvre pour vous trouver une autre mission. Ce qui est un atout de taille pour voir les missions s’enchaîner ou se dire : « J’ai réalisé plusieurs missions et là où je me suis senti le mieux, c’est dans ce type d’entreprises ou d’activités ». L’intérim peut donc aussi être un moyen d’affiner ses envies pour peut-être faire un choix plus définitif par la suite.

Depuis 2005, les agences de travail temporaire peuvent également vous proposer des CDI. C’est un atout très important pour vous puisqu’il y a 6900 agences de travail temporaire en France. Cela signifie qu’il existe beaucoup d’opportunités de travail en CDI chez les entreprises qui connaissent particulièrement bien leur marché local et qui travaillent, contrairement aux cabinets de recrutement, sur des profils dits de middle management. Donc, là aussi cela peut être pour vous un vecteur d’opportunités.

Nous allons voir maintenant ce qu’il faut mettre en œuvre pour avoir toutes les chances d’intégrer une agence de travail temporaire et obtenir des missions qui se succèdent rapidement. Il existe plusieurs façons de vous inscrire ou de vous pré-inscrire dans une agence d’emploi. Tout d’abord, il ne faut pas perdre de vue que vous êtes en recherche d’emploi. Vous devez donc faire la même chose que si vous postuliez directement par écrit à un poste déterminé : avoir un CV à jour avec vos expériences et vos compétences. Ensuite, une fois que vous avez réalisé votre CV, vous allez également préparer tous les documents nécessaires pour aller vous inscrire : votre CV, mais également votre carte d’identité, votre carte Vitale, votre attestation employeur, et, de manière générale, tous les éléments qui vont pouvoir prouver ce que vous savez faire ou les diplômes que vous avez obtenus par le passé.

Mais revenons aux modes d’inscription. Il en existe deux sortes : par la CVthèque ou par le biais de l’inscription directe en agence.

Laurence Pottier-Caudron vous préconise l’inscription en agence, notamment chez Temporis, les agences étant ouvertes de 8h à 12H et de 14h à 19h. Pourquoi cette préférence ? Car rien ne remplacera jamais un entretien physique. De toute façon, chez Temporis, vous pouvez être délégué qu’à partir du moment où cet entretien a eu lieu. Dans ces conditions, l’inscription par une CVthèque ne sera donc qu’un préambule. Si vous venez en agence, il y aura un premier entretien assez rapide pour tenter de détecter la typologie de votre candidature. C’est à ce moment que l’on va pouvoir déceler si vous avez un profil que l’on va pouvoir déléguer très rapidement car il correspond aux demandes actuelles des clients entreprises. Si c’est le cas, vous serez inscrit rapidement après un entretien plus approfondi (passage de tests…). Ensuite, vous serez mis au travail le plus rapidement possible en fonction de ce que vous voulez faire et de ce que vous savez faire. Notez que pour l’autre solution, l’inscription par la CVthèque, vous pouvez la réaliser depuis chez vous ou en agence. Dans tous les cas, lorsque vous vous inscrivez ainsi, soyez vigilant à une chose : bien remplir le formulaire dans le but que l’agence possède les bons mots-clefs. C’est primordial, si vous souhaitez qu’elle vous trouve aisément.

N’hésitez donc pas à passer par l’intérim. C’est un moyen de flexibilité pour votre carrière, au début, pendant et même quand vous êtes à la retraite.

Questions, commentaires ou remerciements


Anonyme
12 décembre 2017, 01h44
Vous devez être connecté pour poster un nouveau commentaire.
Ouahiba H.
11 octobre 2016, 16h24
Bonjour,
J'ai aussi travaillé pendant longtemps par le biais de l'intérim pour des missions très différentes les unes des autres, ce qui m'a appris à m'adapter et à connaitre différents secteurs d'activités et aussi à devenir plus expérimentée. C'est aussi comme cela que j'ai décroché un CDI. Mais les missions intérimaires se font de plus en plus rares même avec de l'expérience lorsque les personnes ont atteint les 45/50 ans. Je suis tout à fait d'accord avec les messages d'Isabelle et Micheline. Mais il est encore plus difficile de décrocher un CDI lorsqu'on a dépassé les 50 ans.....
Répondre
Isabelle P.
5 octobre 2016, 16h01
Bonjour,
J'ai 50 ans et je suis inscrite en intérim depuis le début de l'année 2016. Je suis d'accord avec le message de Micheline F. ci-dessous : il devient difficile aux personnes atteignant les 45/50 ans d'enchaîner les missions intérimaires. N'y aurait-il pas une solution à mettre en place au niveau des agences intérimaires pour cette catégorie de personnes ?
Répondre
Micheline F.
29 septembre 2015, 11h40
Bonjour,
J'ai pratiqué l'intérim pendant plus de 9 ans et je conseille aux personnes atteignant les 45/50 ans de se "ranger" en cherchant un CDI pour chercher à atteindre leur retraite car il devient très difficile, quand on atteint cette tranche d'âge (et c'est pire encore plus tard), de trouver des missions.
Répondre